CESD-Oikos-989x90

Le jeudi 15 novembre 2018

Recherche:

Crise : nos modèles sociaux ne pourront résister sans se renouveler

L’auteur invité est Claude Emmanuel Triomphe, directeur de Metis correspondances européennes du travail.

Grèce, Espagne, Italie, Sarkozy, Merkel, Obama, G 20, triple A, démocratie, austérité : chaque semaine qui passe donne lieu à de nouveaux développements, de nouvelles annonces, de nouvelles incertitudes. La crise actuelle est pour les Européens comme pour les Américains au moins comparable à celle de 1929 et sans doute encore plus grave, tant les bouleversements à l’œuvre, ou à venir, sont profonds. Il y va aujourd’hui d’un certain mode de vie et de croissance. Il y va aussi de nos modèles sociaux européens, dans leurs diverses variantes. L’austérité annoncée un peu partout va-t-elle provoquer leur démantèlement ?

Revenons d’abord sur les caractéristiques du modèle social européen, qui nous est peu ou prou commun. Dans un tel modèle, la société s’oblige à des devoirs envers ses citoyens: accès à des biens de base (éducation, santé), garantie d’un minimum vital pour tous, protection contre certains risques (maladie, chômage, vieillesse), redistribution en faveur de certains groupes (familles, handicapés), droit à une activité rémunératrice, conditions de travail décentes et sécurité – même relative – de l’emploi. Ajoutons-y un droit du travail et des relations professionnelles qui déterminent les salaires et nombre de conditions d’emploi, etc…. : tous ces « acquis », issus de conquêtes ou de compromis sociaux ont par le passé contribué à réduire nombre d’inégalités, notamment de revenus. Par ailleurs, ce sont ces mêmes protections et cohésion sociales qui ont permis la croissance et donc la performance d’un certain type de capitalisme. Comme viennent de l’affirmer les principaux responsables syndicaux européens, « le social est le ciment de l’UE ».

Pourtant du fait du chômage, de la démographie, d’un système financier qui capte une partie démesurée de la valeur, le système se grippe : son fonctionnement devient problématique, ses protections sont de moins en moins universelles et, par dessus tout, les inégalités se creusent à nouveau, parfois de manière considérable. Les gouvernements ont privilégié réduction de l’inflation et stabilité macroéconomique plutôt que plein emploi, les actifs sont moins enclins à prendre en charge les inactifs et le leitmotiv est à la valorisation du travail. Nous sommes entrés dans l’époque du donnant-donnant, le droit à des prestations étant lié à des devoirs envers la société. La mise sous condition des aides sociales ne cesse de monter : il faut occuper un emploi quelle qu’en soit la rémunération – on pense ici aux jobs à 1 € en Allemagne – et de nombreuses prestations reposent désormais sur des efforts de mobilité, là sur des conditions d’activité, de séjour, le tout couronné par le renforcement de la lutte contre les fraudes sociales. Enfin, et peut-être de ce fait, la crédibilité dans les vertus du système s’étiole aux deux bouts de la pyramide sociale : en haut par ceux qui peuvent s’en passer – tout en profitant largement, ça va de soi, en bas par ceux qui n’en bénéficient pas, plus, ou si peu. Le modèle social européen a-t-il donc un avenir ?

Vu de la Chine, ou du moins de certains de ses dirigeants, ce modèle autrefois exemplaire ne fait plus rêver et la notion d’Etat-providence européenne serait la cause première de la crise de la dette.  » Les troubles qui se sont produits dans les pays européens résultent uniquement de problèmes accumulés par une société en fin de course, vivant d’acquis sociaux. Je pense que les lois sociales sont obsolètes. Elles conduisent à la paresse, à l’indolence, plutôt qu’à travailler dur. Le système d’incitation est complètement détraqué  » a ainsi déclaré Jin Liqun, président du Fonds souverain chinois CIC dans une interview récente à la chaîne Al-Jazeera. Ces commentaires ne pèseraient guère si les systèmes n’étaient pas déjà fortement ébranlés de l’intérieur. C’est pourquoi la crise met gravement à l’épreuve nos modèles sociaux. Si ceux-ci ont plutôt bien fonctionné en 2008-2009 en jouant le rôle d’amortisseurs sociaux grâce au régime d’assurance-chômage et au chômage partiel, les temps qui viennent s’annoncent beaucoup plus incertains avec des puissances publiques très affaiblies financièrement.

C’est toute la transition de notre modèle social qui est à imaginer et à construire. Contre quels risques nous protéger demain ? Les assurances sociales sont-elles un remède universel ? Quels périmètres pour la solidarité : universels ou professionnels, nationaux ou transnationaux ? Quelle place pour le travail et pour le salariat dans nos vies, nos sociétés et nos dispositifs sociaux ? Que pourrait signifier entreprendre et donc entreprises ? Comment conjuguer nouveaux modèles de croissance et cohésion sociale ? Il est bien sûr très facile de questionner et bien difficile de répondre. Mais il est plus que probable aussi que l’on ne pourra pas se contenter de camper sur la défensive.

Pour lire le texte, on va sur le site de Metis, correspondances européennes du travail.

Discussion

Pas de commentaire pour “Crise : nos modèles sociaux ne pourront résister sans se renouveler”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: