CESD-Oikos-989x90

Le mercredi 26 janvier 2022

Recherche:

Reddition de comptes et transparence des organisations : (1) une journée d’étude

De plus en plus d’organisations québécoises s’engagent dans des démarches de responsabilité sociétale et de développement durable. Que ce soit sur une base volontaire, le cas du secteur privé, ou pour répondre aux exigences réglementaires, ce qui est le cas des ministères et autres organismes publics, la reddition de comptes est une composante essentielle et indispensable à la réussite de ces démarches. Elles répondent à un besoin d’amélioration des performances pour l’organisation et à une demande sociale croissante en matière d’imputabilité et de transparence.

Dans ce domaine, la GRI (Global Reporting Initiative) offre un cadre de référence reconnu au niveau international et autour duquel s’établit un consensus des praticiens et des experts. La GRI se compose des lignes directrices, des protocoles d’indicateurs, des suppléments sectoriels, des protocoles d’applications des principes de reddition de comptes et de définition du contenu d’une divulgation en développement durable, etc. Tous ces outils ont été élaborés à travers un dialogue soutenu avec un large réseau de parties prenantes constitué de milliers d’individus, d’experts et de représentants de groupes divers de la société (gouvernements, entreprises, O.N.G., experts et chercheurs).

Les lignes directrices de la GRI sont au cœur du cadre de référence du processus de reddition de comptes en matière de développement durable. Elles continuent à évoluer pour répondre aux besoins grandissant de la pratique. La GRI vient de finir les consultations thématiques additionnelles de la lutte contre la corruption et les gaz à effet de serre et s’apprête à lancer la quatrième génération de ses lignes directrices (G4) au cours du mois de mai 2013.

En plus d’être adopté par les leaders en développement durable du milieu des affaires, ce référentiel commence à être adopté par les organismes québécois. Ces derniers apprécient particulièrement l’action structurante de l’application des lignes directrices de la GRI pour la mise en œuvre de leur plan d’action et la réalisation de reddition de comptes qui en découle. Par contre, plusieurs intervenants se questionnent et cherchent plus d’informations sur les meilleures pratiques et la pertinence de l’utilisation de la GRI comme référentiel.

C’est dans cette perspective que Raymond Chabot Grant Thornton, Fondaction CSN et Neuvaction ont pris l’initiative d’organiser une Journée sur la reddition de comptes en développement durable le 5 février prochain, à Montréal, qui traitera entre autres des grandes tendances de cette pratique, ses enjeux et les conditions nécessaires à sa réussite. Parmi les conférenciers invités, un effort particulier a été fait pour donner la parole à des représentants des entreprises publiques québécoises (Hydro-Québec, Investissement Québec, STM, CSST ainsi que le Commissaire au développement durable). Pour s’inscrire, on clique ici.

Discussion

Commentaire pour “Reddition de comptes et transparence des organisations : (1) une journée d’étude”

  1. [...] C’est le 5 février dernier que s’est déroulée à Montréal la journée sur la reddition de comptes en développement durable, organisée par Raymond Chabot Grant Thornton, Fondaction et Neuvaction, que j’ai déjà présenté dans un billet précédent. [...]

    Écrit par Oikos Blogue | Reddition de comptes et transparence des organisations : (2) bilan de la journée d’étude | avril 2, 2013, 6 h 04 min

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: