CESD-Oikos-989x90

Le dimanche 28 novembre 2021

Recherche:

Les nouveaux chemins de la prospérité

L’auteur invité est Marc Chevalier, journaliste à Alternatives Economiques, éditorial au Hors-série n° 097 – avril 2013.

Il fut un temps où la croissance guérissait tous les maux. Après les destructions massives et les millions de morts de la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis, l’Europe et le Japon virent en elle la panacée capable de panser leurs plaies et de porter leur prospérité à des niveaux sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Un cercle vertueux unit alors la production industrielle à la consommation de masse, l’augmentation des profits des entreprises à l’amélioration continue de la condition des salariés. Et le développement de l’Etat-providence vint couronner cet âge d’or.

Mais cette belle machine s’est grippée il y a quarante ans, à la faveur des chocs pétroliers. La mondialisation, l’emprise croissante de la finance sur l’économie, mais aussi l’épuisement des bénéfices de la modernisation menée durant les Trente Glorieuses ont provoqué un changement de régime de la croissance. Plus lente dans les pays riches, et particulièrement en Europe, celle-ci se concentre désormais dans les pays du Sud (pas tous…), qui entament enfin leur rattrapage. Surtout, elle semble devenue plus volatile et, même si elle a tiré des millions de personnes de la pauvreté au Sud, elle se satisfait désormais des inégalités qui prospèrent de nouveau au Nord et préparent de nouvelles crises économiques et sociales. Enfin, elle montre chaque jour un peu plus son coût pour l’environnement, mettant en péril la capacité de la planète à se ressourcer et donc l’avenir même de nos sociétés.

Malgré cela, les dirigeants européens veulent croire encore au retour de l’âge d’or. Comme les vagabonds de la pièce de Samuel Beckett attendant l’improbable venue de Godot, ils guettent les signes d’un retour de la croissance sur le Vieux Continent en proie à la pire récession de son histoire depuis les années 1930. Leur quête apparaît d’autant plus vaine que la chape de plomb de l’austérité qu’ils font peser sur leurs économies produit l’effet tout à fait contraire de celui recherché. En Espagne, en Grèce ou au Portugal, les peuples font l’expérience grandeur nature de la décroissance. Celle-ci désorganise durablement leurs économies et met à rude épreuve la cohésion de leurs sociétés. Partout en Europe, le chômage s’installe à des niveaux inédits, gâchant de précieuses compétences et semant le désespoir.

Mais il ne suffira pas que nos responsables politiques relâchent l’étau de l’austérité. Il leur restera, tâche plus ardue encore, à changer de logiciel. La croissance n’est pas une fin en soi, mais un moyen au service du bien-être de la société. Par conséquent, la croissance de demain ne peut plus ressembler à celle d’hier.

Il faut en tirer deux conclusions. Premièrement, la « croissance verte » n’est pas seulement affaire de panneaux solaires et d’éoliennes. Elle passe par une réorganisation profonde de l’économie, afin qu’elle trouve une harmonie avec les écosystèmes naturels et prenne enfin en compte leurs limites.

Deuxièmement, sauf surprise, la croissance de demain sera inévitablement plus lente que celle des Trente glorieuses. Son rythme élevé ne pourra servir de cache-misère aux inégalités : celles créées depuis trente ans par la mondialisation et un capitalisme financier prédateur, comme celles, en plein développement, qui résultent de l’approfondissement de la crise écologique. Au sein de nos sociétés comme au plan international, se pose par conséquent avec une acuité redoublée la question d’un partage plus équitable des richesses. C’est la condition pour que la « prospérité économique » ne rime pas seulement avec la réussite de quelques uns, mais retrouve son sens étymologique pour tous : la bonne fortune.

Pour lire le texte original, on va sur le site du magazine Alternatives Economiques.

Discussion

Pas de commentaire pour “Les nouveaux chemins de la prospérité”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: