CESD-Oikos-989x90

Le lundi 06 décembre 2021

Recherche:

Mission en France : l’apport de l’ÉS dans la transition énergétique (3)

Aujourd’hui, dans le cadre de notre mission à Grenoble, nous avons rencontré Julien Raynier, de la coopérative des savoirs paysans ADABio autoconstruction. Créé à l’automne 2011 par un groupe de maraîchers biologiques et de techniciens de l’ADABio (association des producteurs biologiques du Nord-Est de Rhône-Alpes), ADABio Autoconstruction se donne pour mission de développer et diffuser la pratique de l’autoconstruction de matériel agricole issu des adaptations des paysans. Ils partent du constat qu’un certain nombre de bonnes trouvailles qui émergent constamment du bricolage des agriculteurs se doivent d’être répertoriées et diffusées largement par le biais de formations à l’autoconstruction. Cette activité de diffusion de « technologies appropriées » s’effectue avec l’aide du « Guide de l’autoconstruction : outils pour le maraichage biologique » et par le Forum de leur site web qui est un des éléments qui nous permet de constituer un réseau d’échange de savoirs et savoir-faire autour du machinisme agricole.

Présentement une association, ils prévoient la constitution prochaine d’une « Coopérative des savoirs paysans », dont la forme juridique sera très certainement celle d’une SCIC (société coopérative à intérêt collectif). Un atelier permanent en est cours de préparation, constituant une sorte de « Farmlab paysan ». Convaincus de l’importance du recyclage et du réemploi, ils veulent que ce Farmlab, cet atelier permanent, participe à récupérer l’importante masse de ferraille abandonnée aux ronciers chez les agriculteurs, qui, une fois remise à niveau, pourrait servir à de nouveaux outils bricolés. Ce futur atelier ouvert mettra à disposition des machines-outils qui permettont à quiconque de fabriquer des outils adaptés à la pratique agrobiologique. Lieu de fabrication et d’ingénierie collaborative, le « Farmlab » permettra de traduire physiquement les échanges et les trouvailles générés par le Forum de ce site Internet.

Le matériel disponible à l’autoconstruction sur le site, sur les lieux de formation ou dans le Guide de l’autoconstruction, est protégé par une licence libre Creative Commons BY-SA-NC. La licence permet à tous de s’approprier les plans, de les photocopier, de les diffuser, de les modifier, pourvu que l’utilisateur bricoleur mentionne la paternité des plans (ADABio Autoconstruction), qu’il appose la même licence CC BY-SA-NC à son objet adapté et qu’il n’en fasse aucune utilisation commerciale. ADABio Autoconstruction souhaite avant tout que les productions commerciales de matériels inventés par les paysans ne versent pas dans les excès d’inadaptation et de lucrativité, comme dans le machinisme agricole standard.

Dans un autre domaine, nous aurions aimé, pendant notre mission à Grenoble, visiter l’organisation Énergie partagée, en particulier la structure qu’ils ont créée, Énergie partagée investissement, dont le directeur général est Joël Lebossé, anciennement directeur général de Filaction (créé par Fondaction CSN). Malheureusement, pendant que nous étions à Grenoble…il était à Montréal ! Énergie Partagée soutient des projets citoyens d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique. La Charte Énergie Partagée définit quatre critères essentiels pour établir le caractère citoyen d’un projet de production d’énergie renouvelable et/ou d’efficacité énergétique :
1. Ancrage local : la société qui exploite le projet est contrôlée par des collectivités territoriales, des particuliers (et leurs groupements) et/ou Énergie Partagée Investissement. Elle vise la création de circuits courts entre producteurs et consommateurs pour une prise de conscience du lien entre les besoins et les moyens de production.
2. Finalité non spéculative : les investissements sont réalisés pour être directement exploités, la rémunération du capital est limitée. On vise une éthique de l’économie sociale et solidaire, permettant un accès à l’énergie à un prix juste et transparent.
3. Gouvernance : le fonctionnement de la société d’exploitation du projet est démocratique, de type coopératif, transparent et clair, avec des garanties sur le maintien dans la durée de la finalité du projet.
4. Écologie : la société d’exploitation est engagée durablement et volontairement dans le respect de l’environnement, du niveau planétaire jusqu’au niveau le plus local, et dans une démarche de réduction des consommations énergétiques.

Il y a là une façon innovante d’aborder les enjeux de production d’énergie renouvelable, qu’on ne connaît pas au Québec. Je reviendrai sur les enjeux énergétiques dans mes billets de demain et de vendredi puisque nous devons rencontrer des responsables d’EnerCoop et de l’Agence locale de l’énergie. Je vous en reparle.

Discussion

Pas de commentaire pour “Mission en France : l’apport de l’ÉS dans la transition énergétique (3)”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: