CESD-Oikos-989x90

Le samedi 23 septembre 2017

Recherche:

Nouvelles sur les changements climatiques, semaine du 27 janvier 2014

Encore aujourd’hui, alors que les preuves scientifiques et les faits s’accumulent pour démontrer que le réchauffement climatique est une réalité déjà à l’œuvre, un mouvement de résistance s’acharne à nier cette réalité. En Amérique du Nord, ce mouvement réactionnaire domine le débat public. Il est donc urgent de diffuser une information diversifiée sur les changements climatiques.

Le réchauffement actuel est équivalent à 400 000 bombes d’Hiroshima par jour

L’analogie apparaît difficile à envisager. C’est néanmoins la conclusion à laquelle arrive plusieurs scientifiques tels que James Hansen (de la NASA), John Lyman (NOAA) ou Mike Sandiford, directeur du Melbourne Energy Institute. Les hausses globales de température quotidienne dues au réchauffement causé par l’activité humaine seraient équivalentes à l’énergie dégagée par 400 000 bombes atomiques comme celle qui a explosée à Hiroshima, soit 250 billion (mille milliards) de watts. Plusieurs autres scientifiques rejettent cette comparaison, parce qu’elle est contre-intuitive, qu’elle fait une association trop facile, sensationnaliste, avec la mort et la destruction. Mais Joe Romm n’est pas d’accord : la lutte contre les changements climatiques est déjà pleine de métaphore, dont celle bien connue des ‘gaz à effet de serre’. Mais cette métaphore, nous dit-il pose problème parce qu’elle laisse sous-entendre un automatisme entre le niveau de gaz et celui du réchauffement, laissant faussement sous-entendre qu’il s’agira de baisser le niveau pour que cesse le réchauffement. La réalité serait plutôt davantage proche de celle d’une bombe atomique : une fois que nous aurons dépassé un certain niveau, les effets seront irréversibles.

Un milliard $ pour les négationnistes

Les riches familles conservatrices étatsuniennes sont peut-être cupides et mesquines lorsqu’il est temps de payer leurs employés, mais deviennent fort généreuses lorsqu’il s’agit de leurs intérêts fondamentaux. Et puisque l’industrie du pétrole et du gaz fait partie de leurs intérêts fondamentaux, ils donnent sans compter aux négationnistes, c’est-à-dire aux organisations qui s’opposent à toutes politiques de lutte contre les changements climatiques. Pour la première, une étude en profondeur réalisée par Robert Brulle, récemment publiée dans le journal Climate Change, montre que de 2003 à 2010 tout près d’un milliard $ ont été accordés à 91 organisations (chambres de commerce, think tank, groupes de pression) affichant ouvertement leur position négationniste, dont le financement provenait de 140 fondations. Lors de la dernière année de la période étudiée, le financement aurait atteint un sommet de 1,2 milliard $, en augmentation de 13% par rapport à 2009. La plupart de ces organisations négationnistes (dont l’American Enterprise Institute et l’Heritage Foundation) sont des reconnues comme ‘charitables’ et profitent en plus d’avantages fiscaux considérables. Les principales fondations qui les financent sont reconnues comme dans la famille de droite : Searle Freedom Trust, John William Pope Foundation, Howard Charitable Foundation et Sarah Scaife Foundation. On n’y trouve pas la célèbre famille Koch ou ExxonMobil, par exemple, puisque ces dernières ont délibérément choisi récemment de procéder à travers des outils tels que les Donors Trust/Donors Capital Fund qui permettent de garder l’identité secrète des donateurs.

Les coûts humains du typhon Haiyan

Le typhon Haiyan, l’un des plus forts jamais enregistrés, a frappé les Philippines début novembre dernier. En date de décembre, le bilan est assez catastrophique : 6 109 morts, 1 779 personnes disparues, 4,1 millions déplacés, il a endommagé sérieusement l’habitation de 1,1 million de personnes et affecté d’une manière ou d’une autre 14,1 millions de personnes. L’aide aux victimes a mis un certain temps à leur être acheminée du fait de l’absence de base arrière sur cet archipel constitué de 7 000 îles dispersées. Comme le souligne ce petit texte d’Alternatives Economique, le typhon Haiyan renvoie à la question des « réfugiés climatiques ». D’après l’Observatoire des situations de déplacement interne du Conseil norvégien pour les déplacés (NRC), 32,4 millions de personnes avaient été déplacées en 2012 suite à une catastrophe naturelle (inondation, tempête, tremblement de terre…). Or, le statut de réfugié climatique n’a toujours pas d’existence juridique. L’ajout d’un protocole à la convention de Genève, qui encadre le statut des réfugiés, traîne du fait de fortes réticences de pays du Nord. Il y a pourtant urgence. On peut avoir un bilan complet actuel de la situation aux Philippines en cliquant ici.

Les émissions de méthane sous-évalués

Selon des chercheurs de plusieurs universités et instituts de recherche aux États-Unis, dont la prestigieuse Université Harvard, les émissions de méthane provenant de l’extraction des combustibles fossiles et des activités de raffinage implantés dans le sud-centre des États-Unis seraient près de 5 fois plus élevé que les dernières estimations réalisées. La différence résiderait en fait dans la méthodologie. L’EPA et EDGAR utilisent une approche bottom-up, le calcul total des émissions étant fondé sur des « facteurs d’émission », comme par exemples, la quantité de méthane généralement libérée par vache ou par unité de charbon ou par gaz naturel vendu. La nouvelle étude adopte ici une approche top-down, soit la quantité de méthane réellement présent dans l’atmosphère, en utilisant des données météorologiques ainsi qu’une analyse statistique des sources régionales. Selon cette approche, il n’est pas possible d’identifier directement les sources d’émission. Néanmoins, les résultats sont plus élevés d’un facteur de 2,7 sur la partie centre-sud des États-Unis, identifiée comme une région clé dans l’extraction des combustibles fossiles et du raffinage. Peut-être pourront-ils démontrer le plus rapidement possible que l’exploitation des gaz de schiste porte une part importante des responsabilités de ces émissions…

Discussion

Commentaire pour “Nouvelles sur les changements climatiques, semaine du 27 janvier 2014”

  1. continuer à éveiller les consciences!

    Écrit par Kozminski Jean-Paul | janvier 28, 2014, 15 h 17 min

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: