CESD-Oikos-989x90

Le lundi 11 décembre 2017

Recherche:

Nouvelles sur les énergies propres : semaine du 10 mars 2014

Les changements climatiques représentent le pire des enjeux auquel l’humanité n’aura jamais été confrontée. Causées par l’activité humaine, elles exigent de transformer en profondeur notre manière de produire, d’échanger et de consommer les biens utiles à la vie. Dans cette nouvelle économie à construire, les énergies propres vont jouer un rôle fondamental.

Trois scénarios pour atteindre le « facteur 4 »

Le regroupement français l’ANCRE (Alliance Nationale de Coordination de la Recherche pour l’Energie), a présenté un rapport d’études portant sur trois scénarios d’évolution du système énergétique français à horizon 2050, visant à atteindre le « facteur 4 » (division par 4 au moins [ou 75%] des émissions de gaz à effet de serre, ou GES, liées à l’énergie par rapport à l’année 1990). Fruit du travail de quelques 400 experts scientifiques, le rapport décrit des trajectoires contrastées de la demande et du mix énergétique, et il évalue leurs impacts socio-économiques et environnementaux. Le scénario « Sobriété renforcée » (SOB) s’appuie sur une évolution majeure des comportements individuels pour la réduction de la demande d’énergie, l’amélioration de l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Le scénario « Décarbonisation par l’électricité » (ELE) est fondé sur la combinaison d’un effort marqué d’efficacité énergétique et d’un accroissement dans les différents usages de la part de l’électricité décarbonée. Le scénario « Vecteurs diversifiés » (DIV) mise sur l’efficacité énergétique et met l’accent sur la diversification des sources et vecteurs énergétiques, avec une forte contribution de la biomasse, la récupération de chaleur fatale (dont celle des réacteurs nucléaires) et un rôle important des systèmes énergétiques intelligents.

Nord-Est des É-U : comment réduire les GES de 75%

Pour poursuivre dans la même lancée du “facteur 4”, un nouveau rapport produit par nos voisins étatsuniens affirme que la région du Nord-Est des États-Unis pourrait réduire de 75% ses émissions de CO2 en migrant massivement vers les technologies existantes et en développant plus d’énergies renouvelables. Le rapport présente quatre grands domaines sur lesquels les efforts devraient porter. 1) électrification du chauffage et de la climatisation des bâtiments (comme au Québec) pour remplacer le gaz naturel, le mazout ou le propane; 2) électrification des transports, qui pourrait permettre de réduire les émissions de 60%; 3) vaste modernisation et extension du réseau électrique, pour le rendre plus « intelligent » mais aussi pour permettre l’électrification des transports; 4) augmenter l’efficacité énergétique, par exemple en étendant des programmes tels que le Zero Net Energy building; et finalement 5) décarboniser la production d’électricité. Le rapport montre comment la révolution des gaz de schiste a permis de transformer en une seule décennie le paysage énergétique de la région. Sur cette base, il serait possible de diviser par quatre les émissions de CO2 à l’horizon 2050 en utilisant simplement les technologies qui existent.

Goldman Sachs planifie des investissements de 40 milliards $ dans les énergies renouvelables

La grande banque d’investissement Goldman Sachs vient de déclarer que le secteur des énergies renouvelables étaient devenu le marché le plus attractif et irrésistible, et qu’en conséquence elle s’engageait à y investir 40 milliards $ dans les années à venir. Le récent investissement de 1,5 milliard $ pour acquérir 20% des parts de la firme Dong Energy, qui développe les projets d’éolien offshore au large du Danemark fait partie du mandat que la banque a donné à son groupe d’investissement dans les énergies propres, tout comme sa participation au plus grand projet de solaire thermique dans le monde (Ivanpah solar power project) ou les 500 millions $ investis dans SolarCity. L’analyse de la banque repose sur un certain nombre d’hypothèses : d’une part, que les coûts du solaire et de l’éolien vont continuer à baisser, en atteignant prochainement la parité avec les autres sources d’énergie, et que des solutions concurrentielles vont être trouvées dans le domaine du stockage de l’énergie; d’autre part, que la position dominante du charbon va continuer de se détériorer.

Prévisions de croissance de 67% des VE en 2014

Alors que 2013 a été une année assez exceptionnelle pour les ventes de véhicules électriques (+40%), l’année 2014 devrait être encore plus stimulante. Avec l’apparition de plusieurs nouveaux modèles, on prévoit que la production totale de VE augmentera de 67%, alors que la croissance globale de l’industrie automobile ne sera que de 3,6%. On parle d’un peu plus de 400 000 VE. Bien sûr, ce n’est même pas 1% des ventes mondiales, mais à ce rythme, le rattrapage va se faire rapidement. Au même rythme, les VE deviendraient dominant d’ici le milieu des années 2020. Avec une progression en diminution dans le temps, on parle d’une domination des VE retardée aux années 2030. En 2014, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique produiront 40% des VE, l’Asie 30% et les États-Unis 27%.

Discussion

Pas de commentaire pour “Nouvelles sur les énergies propres : semaine du 10 mars 2014”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: