CESD-Oikos-989x90

Le mardi 21 novembre 2017

Recherche:

Piketty adapté à la Chine

Les auteurs invités sont Andrew Sheng, fellow au Fung Global Institute et membre du comité aviseur de l’UNEP-Finance soutenable et Xiao Geng, directeur de la recherche au Fung Global Institute

Dans son livre best-seller Le Capital au XXIe siècle, Thomas Piketty affirme que le capitalisme aggrave les inégalités à travers plusieurs mécanismes, qui sont tous basés sur l’idée que r (le rendement du capital) diminue moins vite que g (la croissance du revenu). Bien que le débat autour du travail de Piketty ait porté en grande partie sur les économies avancées, ce concept fondamental s’applique à l’expérience récente de la Chine et mérite donc un examen plus approfondi.

Bien sûr, une grande partie de la population chinoise a profité de trois décennies de croissance du PIB plus rapide que jamais auparavant. Les investissements en capital fixe qui ont formé la base du modèle de croissance de la Chine ont largement bénéficié à l’ensemble de l’économie ; l’amélioration des infrastructures, par exemple, a permis à la population rurale pauvre d’accroître sa productivité et ses revenus.

En parallèle à l’augmentation du taux d’investissement à près de la moitié du PIB, la part de la consommation est tombée à un niveau aussi faible qu’un tiers. Le gouvernement, reconnaissant la nécessité de rééquilibrer la croissance, a commencé à augmenter le salaire minimum en 2011 à un taux proche du double du taux de croissance du PIB réel, assurant au ménage moyen un revenu disponible plus élevé à dépenser.

Mais les prix de l’immobilier ont augmenté plus vite que les salaires et les profits des entreprises manufacturières, ce qui a impliqué que le rendement du capital pour quelques rares propriétaires immobiliers a crû plus vite que le PIB de la Chine. Le même groupe a également bénéficié de l’effet de levier implicite grâce à la forte croissance du crédit. En conséquence, les 1% les plus riches de la Chine ont accumulé des richesses significativement plus rapidement que leurs homologues dans le reste du monde – et beaucoup plus rapidement que le Chinois moyen.

En fait, alors que le développement de la Chine et d’autres économies émergentes a réduit les inégalités entre les pays, l’inégalité domestique a augmenté presque partout. Le cadre formulé par Piketty met en évidence plusieurs facteurs de cette tendance.

Tout d’abord, en abaissant les barrières commerciales et d’investissement, la mondialisation a créé une sorte d’environnement favorisant les plus forts, dans lequel les acteurs les plus avancés technologiquement ont gagné des parts de marché grâce aux économies d’échelle. En particulier, alors que l’économie mondiale se déplace vers la création de valeur fondée sur la connaissance, un petit nombre d’innovateurs dans les secteurs du marketing mondial, de la haute technologie et de la créativité font d’énormes profits, encore renforcés par le boom mondial des valeurs technologiques.

La concentration des revenus, de la richesse et du pouvoir qui résulte de cette évolution réduit la stabilité systémique en créant des entités trop grosses pour sombrer, tout en entravant la capacité de concurrence des petits joueurs. Le système financier mondial renforce cette concentration, avec taux d’intérêt réels négatifs qui engendrent une répression financière sur l’épargne des ménages. Étant donné que les banques préfèrent prêter aux grandes entreprises et aux emprunteurs disposant de garanties, les petites et moyennes entreprises ont un accès difficile au crédit et au capital.

Un autre problème est que les faibles taux d’intérêt générés par les politiques monétaires non conventionnelles des banques centrales dans les pays avancés ont conduit à la « décapitalisation » des fonds de pension à long terme, réduisant ainsi le flux de revenu vers les personnes retraitées dans l’économie. Dans de nombreuses économies émergentes, dont la Chine, la peur généralisée de ne pas disposer d’un revenu suffisant une fois à la retraite alimente le taux d’épargne élevé des ménages.

Les économistes s’accordent généralement pour dire que cette tendance à une augmentation continue des inégalités est insoutenable, mais ils diffèrent sur la façon de l’enrayer. Ceux de droite plaident pour plus d’innovation de marché pour créer de la richesse, tandis que ceux de gauche sont en faveur d’un plus grand interventionnisme de l’Etat.

En fait, les deux approches ont un rôle à jouer, en particulier en Chine, où le gouvernement poursuit une stratégie de croissance plus orientée vers le marché, mais conserve un contrôle considérable sur de nombreux aspects de l’économie. La Chine a besoin de trouver un équilibre entre stabilité politique et progrès soutenu par le marché.

En particulier, plusieurs facteurs politiques et institutionnels ont conduit à la sous-évaluation de certaines ressources fondamentales, générant un risque important. L’abondance de main-d’œuvre a entraîné une baisse des salaires, ce qui empêche le passage à un modèle de croissance tirée par la consommation intérieure et les revenus élevés. De même, le fait de n’avoir pas tenu compte des externalités environnementales a contribué à la sous-évaluation des ressources naturelles comme le charbon, alimentant la consommation excessive des ressources et la création d’un grave problème de pollution.

En outre, les politiques visant à stabiliser le taux de change et à maintenir des taux d’intérêt bas ont causé une sous-évaluation du capital et du risque dans les grands projets. Par ailleurs, les efforts des collectivités locales en vue de financer le développement par la vente de terres à des investisseurs à des prix artificiellement bas ont favorisé des investissements massifs dans le développement immobilier, provoquant une hausse insoutenable des prix immobiliers. Compte tenu du rôle de la propriété en tant que principale forme de garantie pour les prêts bancaires, le risque financier a fortement augmenté.

Le gouvernement tente maintenant de réduire les risques que les investisseurs et les gouvernements locaux ont pris en permettant une plus grande flexibilité des taux d’’intérêt et de change. Mais la transition doit être manipulé avec soin pour s’assurer que les prix immobiliers ne chutent pas brusquement, ce qui augmenterait le ratio des prêts non performants – et pourrait peut-être même déclencher une crise financière majeure.

Afin d’assurer la stabilité sociale à long terme, la Chine doit promouvoir une création de richesse inclusive, par exemple en établissant de fortes incitations à l’innovation. La croissance de sociétés high-tech comme Huawei, Tencent, et Alibaba représente un pas dans la bonne direction, même si le fait que les entreprises de haute technologie chinoises qui ont le plus de succès soient cotées à l’étranger, et ne soient donc pas disponibles pour les investisseurs du continent, est problématique. Des réglementations et contrôles de change empêchent le secteur de la distribution de profiter de la création des nouvelles richesses.

Un autre défi réside dans la baisse de l’indice composé de la Bourse de Shanghai, depuis son pic de 6000 en 2007 à environ 2000 aujourd’hui. Alors que les actifs financiers n’ont pas fourni de dividendes ou d’appréciation du capital adéquats, de nombreux investisseurs se sont tournés vers l’immobilier pour se couvrir contre l’inflation.

Les dirigeants chinois sont déjà au travail pour guider la transition vers un modèle de croissance tirée par la consommation intérieure et une production à plus forte valeur ajoutée. Mais le défi est plus complexe que cela. Le nouveau modèle – avec l’aide des forces du marché, là où et quand elle est appropriée – vise à assurer que la richesse soit créée de façon durable et partagée plus largement. Y parvenir signifierait l’accomplissement du Rêve chinois. Un échec impliquerait que les inégalités continueront à être un problème latent dans le monde entier.

Traduit par Timothée Demont
Copyright: Project Syndicate, 2012.
www.project-syndicate.org

Pour lire le texte original, avec les nombreux hyperliens, on va sur le site de Project Syndicate.

Discussion

Pas de commentaire pour “Piketty adapté à la Chine”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: