CESD-Oikos-989x90

Le mercredi 03 mars 2021

Recherche:

Le fléau des fonds de private equity

Le mouvement syndical dénonce depuis des années les pratiques irresponsables des fonds d’investissement (private equity). Ces fonds gigantesques, qui canalisent des centaines de milliards $ provenant des banques, des fonds de placement et des caisses de retraite, ont joué un rôle majeur, sinon dans la crise des subprimes, du moins dans l’évolution socioéconomique qui a permis que se construisent les conditions pour sa réalisation.

Sur OikosBlogue, nous avons à plusieurs reprises souligné les effets néfastes des pratiques financières de ces fonds. Avec les LBO (leverage buy out), qui consiste pour un fond à acheter une entreprise avec peu d’apport, donc à financer le reste avec de l’endettement. En misant sur des taux bas, il suffit d’exiger de l’entreprise une rentabilité suffisante pour qu’elle rembourse la dette, la revente de l’entreprise devenant alors un bénéfice net. Mais lorsque les taux montent ou que la récession survient, l’entreprise ne peut pas avoir une rentabilité suffisante et alors ça va mal pour le fonds mais aussi pour l’entreprise puisque c’est elle qui est endettée et quelle aura du mal à emprunter pour investir. Le fonds d’investissement exerce alors des pressions importantes pour « dégraisser » l’entreprise ou la vendre par morceaux.

Nous avons mentionné dernièrement l’expérience du Mont-Tremblant avec le fonds Fortress. Le cas le plus célèbre est cependant celui du fonds américain Blackstone qui a acheté les hôtels Hilton par cette technique et qui se voit en difficulté depuis la crise de 2008-2009, ses actions ayant baissé de 70 %. En 2007, Blackstone aurait payé 26 milliards $ la célèbre chaîne hôtelière de près de 500 000 chambres à travers le monde. Le fonds n’a contribué qu’à hauteur de 5,6 milliards $ dans le capital de l’entreprise, empruntant le reste.

Mais ce fonds d’investissement est en même temps un fonds spéculatif (hedge fund), spécialisé dans le rachat à bon marché de dettes décotées, achetant à prix réduit des titres de dette d’entreprises en difficulté. Or, aujourd’hui le fond Blackstone pourrait racheter la dette que lui même a contractée !

Selon le Wall Street Journal, « In the Hilton negotiations, Blackstone is considering contributing $800 million of new equity to buy back debt at a discount. It also is seeking to extend debt maturing in 2013 to 2016, while converting some junior slices of debt into equity. The $800 million in additional equity would come from funds managed by Blackstone that already have invested in the deal. »

Les seuls gagnants dans ce genre d’affaire sont les dirigeants des fonds d’investissement qui investissent l’argent des autres en accaparant au passage une généreuse cote sur toutes les transactions réalisées. Les détenteurs de dette de Hilton Corp seront floués, y compris les contribuables étatsuniens puisque la Federal Reserve détient une partie importante de cette dette.

Discussion

Pas de commentaire pour “Le fléau des fonds de private equity”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: