CESD-Oikos-989x90

Le mercredi 26 janvier 2022

Recherche:

Gaz de schiste : attendre et voir ?

De toute évidence, le rapport du BAPE sauve la face des Libéraux dans cette aventure qui s’est avérée insensée. Il ne s’agit pas d’un moratoire, c’est vrai, mais la proposition d’une évaluation environnementale stratégique (EES) permet néanmoins de donner un coup d’arrêt à un développement tout azimut qui risquait, à terme, de se transformer en catastrophe environnementale.

Sur le modèle de celle qui a finalement statué contre l’exploitation pétrolière et gazière dans l’estuaire du Saint-Laurent, l’EES s’exprimera par le biais d’un comité de direction qui décidera de la marche à suivre. Dans cette optique, la députée de Vachon et porte-parole du PQ en matière de développement durable, d’environnement, de parcs et d’eau, Martine Ouellet, demande au gouvernement que le BAPE soit mandaté pour réaliser l’ÉES sur les gaz de schiste. Mme Ouellet rappelle que d’autres ÉES sont actuellement en cours de réalisation pour le compte du gouvernement du Québec, dont certaines sont conduites par des entreprises privées.

« La question des gaz de schiste est trop sensible pour confier un mandat de cette importance à une entreprise privée qui n’aurait d’ailleurs aucune légitimité pour mener des consultations publiques. Qui plus est, cette entreprise pourrait éventuellement se retrouver en conflit d’intérêts étant donné la nature du marché québécois. Le gouvernement doit donc dire non dès maintenant à ce gaspillage d’argent », a indiqué la députée. Le PQ s’oppose par ailleurs à l’idée du ministre Arcand de confier la coordination et le suivi de l’ÉES à un comité d’experts dont serait membre l’industrie gazière. C’est la moindre des choses.

Notre députée favorite du PQ, Martine Ouellet, est par ailleurs assez active. Elle nous apprend sur son blogue qu’elle et Louise Beaudouin, la députée de Rosemont, vont travailler avec le député européen José Bové afin de jumeler les expériences de lutte de villages québécois et français contre l’industrie des gaz de schiste. Pour José Bové, nos expériences de lutte sont très révélatrices du peu de respect de l’industrie du gaz de schiste. « L’industrie répète en France les mêmes discours de propagande, explore sans le consentement des citoyens, joue avec notre santé et notre environnement sans aucune gêne. Le jumelage de municipalités québécoises avec des communes françaises permettra de renforcer l’action citoyenne », a indiqué José Bové.

Je crois qu’on aurait avantage à nous jumeler également avec certains représentants démocrates aux États-Unis. Aux dernières nouvelles, on apprend en effet que les représentants du New Jersey ont unanimement décidé de bannir l’exploitation des gaz de schiste sur leur territoire. Cette décision est en partie symbolique puisqu’il n’y aurait probablement pas de gaz de schiste dans le sous-sol de l’État (!!!). Néanmoins, cette décision permet de faire pression sur les décisions à venir concernant les travaux de la Delaware River Basin Commission (DRBC) à propos de la régulation des pratiques de fracking dans le périmètre du bassin de la rivière Delaware, qui traverse plusieurs États, dont le New Jersey.

Enfin, dernière nouvelle des méfaits des gaz de schiste aux US : plusieurs spécialistes feraient des liens de causalité entre les pratiques de fracturation hydraulique et un nombre inhabituel de tremblements de terre dans l’État de l’Arkansas. « The Arkansas Oil and Gas commission says there is likely a link between the wells and the earthquakes. There have been more than 800 quakes in the area in the past six months. with a magnitude 4.7 quake, the strongest in Arkansas in 35 years, hit there Sunday. » Mais quoiqu’il en soit de la véracité de ces liens, les opérations de fractionnement des puits situés dans le périmètre de ces événements ont été arrêtées, pour éviter les risques de contamination. À suivre.

Discussion

2 commentaires pour “Gaz de schiste : attendre et voir ?”

  1. Merci M. Bourque pour votre implication dans ce dossier.
    Notre regroupement citoyen est à chercher à évaluer les possibles retombées économiques des énergies vertes pour remplacer le développement des énergies fossiles cher au gouvernement Charest.
    Si vous connaissez des personnes qui pourraient nous aider dans ce projet, svp me faire signe.

    Écrit par Lavoie, Danielle | mars 25, 2011, 9 h 35 min
  2. Pour qui? pour quoi?
    Je regarde en avant et je me désole de voir l’avenir qui nous attend. Que laisserons-nous en héritage?
    Je suis militante depuis le début et je vais continuer à le faire.
    Louise Casavant

    Écrit par Louise Casavant | mars 25, 2011, 10 h 05 min

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: