CESD-Oikos-989x90

Le jeudi 04 juin 2020

Recherche:

Petite leçon d’économie

L’auteur invité est Jean-François Lisée, directeur exécutif du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CERIUM), Jean-François Lisée a été conseiller des premiers ministres Jacques Parizeau et Lucien Bouchard de 1994 à 1999.

C’est ce que j’essaie de vous expliquer depuis plusieurs lunes. Il y a l’économie. Elle peut aller bien, elle peut aller mal. Il y a les gens. Ils peuvent aller bien, mais ils peuvent aller mal même si l’économie va bien.

Un rapport du mois dernier de la grande banque américaine JPMorgan en fait une éclatante démonstration. Allons-y par étape. D’abord, voici l’évolution des profits des entreprises (ligne continue) comparée à l’évolution de la richesse nationale américaine (ligne pointillée).

C’est net, au cours des derniers mois, et généralement depuis 1990, les profits des entreprises augmentent beaucoup plus rapidement que le GDP, la richesse nationale, (PIB en français). En fait, rapporte la banque, les profits flirtent avec des records vieux de 40 ans. Cela va donc très très bien pour les entreprises.

Et ça ne va pas si mal pour le PIB, qui remonte. Tout irait bien, s’il n’y avait pas… les gens. Dans les entreprises, les patrons et les cadres, avec l’aide d’un certain nombre de salariés, créent de la richesse. Ils la font ensemble. Comment se la répartissent-ils ?

Voici l’évolution de la part de cette richesse qui va aux salariés, de 1970 à aujourd’hui.

On voit que la réduction de la part de la richesse obtenue par les salariés ne date pas de la dernière crise. On note un premier décrochage au début des années 1990, puis un second avec la crise de 2000.

On pourrait superposer à ce graphique celui de la chute du taux de syndicalisation aux États-Unis et on verrait une belle corrélation. L’absence de pouvoir de négociation chez les salariés est l’équivalent d’un programme d’aide au ballonnement des profits.

Mais cela n’explique pas tout. Il faut voir aussi l’important recul de la redistribution fiscale, par l’État, donc le recul des taux d’imposition sur les profits et sur les plus riches, au cours du siècle.

Il n’est donc pas très étonnant que la répartition de la richesse créée par les Américains ces dernières décennies ressemble à ceci, selon un récent rapport du Center for Budget and Policy Priorities de Washington.

Une autre façon de montrer comment se réparti la tarte de la nouvelle richesse créée chaque année est de le montrer sous forme de… tarte:

Les 20% de la population la plus riche empochent désormais plus de 50% des revenus annuels.

Vous voyez, c’est ce que j’essaie de vous expliquer depuis plusieurs lunes. Il est possible de faire en sorte que les compagnies aillent bien, sans que les gens aillent mieux. Il est possible de faire en sorte que l’économie aille mieux, que la richesse nationale augmente, sans que les gens aillent mieux.

On peut même créer davantage de richesse en appauvrissant un très grand nombre de gens.

Quelles leçons pour le Québec ? Trouver le moyen d’enrichir le Québec sans appauvrir les Québécois, leur qualité de vie, leur environnement.

Méfiez vous de tout projet de création de richesse qui n’est pas centrée sur l’enrichissement des citoyens.

Pour lire le texte avec les nombreuses références on va sur le blogue de Jean-François Lisée

Discussion

Pas de commentaire pour “Petite leçon d’économie”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: