CESD-Oikos-989x90

Le dimanche 22 septembre 2019

Recherche:

Conjoncture québécoise : faits saillants du 15 au 19 août 2011

Extraits tirés de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Depuis qu’elles ont réussi à atteindre au tout début de l’année la barre de 140 milliards de dollars, les ventes des produits fabriqués au Québec connaissent plus de reculs que de hausses, glissant à 134,6 milliards de dollars en juin. Il s’agit d’une troisième baisse mensuelle consécutive ( 1,6 %), induite par les contre-performances, d’une part des ventes des biens durables ( 0,7 %, troisième mois négatif de suite) et, d’autre part des ventes des biens non durables ( 2,6 %, deuxième mois négatif d’affilée).

À ce rythme, après deux trimestres positifs, les ventes manufacturières se replient au deuxième trimestre, tant dans l’ensemble ( 1,6 %) qu’à propos des biens durables ( 2,0 %) et des biens non durables ( 1,1 %). À la vérité, tous les groupes de biens non durables, sauf les aliments (+ 1,1 %), accusent une décroissance trimestrielle, entre autres les produits du pétrole ( 3,0 %), les produits chimiques ( 2,2 %) et le papier ( 0,2 %). La situation diffère quelque peu dans le secteur des biens durables qui, malgré son recul ( 2,0 %) en ce deuxième trimestre, compte quatre groupes en progression, soit les métaux de première transformation (+ 0,8 %), les produits métalliques (+ 0,3 %), les machines (+ 2,5 %) et les produits informatiques (+ 11,0 %). Tout compte fait, en 2011, comparativement au premier semestre de l’an dernier, quoique ralenties par le surplace des expéditions des biens non durables, les ventes manufacturières québécoises s’accroissent (+ 4,1 %), grâce aux biens durables (+ 8,4 %).

Par ailleurs, encore au Québec et en juin, les ventes en gros annualisées poursuivent leur ascension (+ 0,3 %), un troisième mois de suite, atteignant un nouveau sommet à 111,2 milliards de dollars, portées par cinq des six grands groupes de grossistes, l’exception étant le groupe des produits alimentaires, des boissons et du tabac ( 0,5 %). Au chapitre des prix, poussé par la montée rapide des prix touchant simultanément l’énergie (+ 16,8 %), les aliments (+ 3,8 %), l’habillement (+ 4,9 %) et le logement (+ 1,9 %) entre autres, l’indice général des prix à la consommation (IPC) en juillet pour le Québec croît de 3,3 % en glissement annuel, taux parmi les plus élevés depuis 2005 et dépassant, par surcroît, la limite supérieure de la fourchette des taux de 1 % à 3 % retenus par la Banque du Canada comme «des cibles de maîtrise de l’inflation ».

Enfin, cette fois à l’échelle canadienne, l’indicateur avancé reste sur son élan, sans cesse soutenu depuis l’automne dernier, franchissant mensuellement de nouvelles hauteurs, au point de se trouver à 256,1 points (+ 0,2 %) en juillet, dixième mois positif de suite et le vingt-cinquième en 26 mois.

Discussion

Pas de commentaire pour “Conjoncture québécoise : faits saillants du 15 au 19 août 2011”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: