CESD-Oikos-989x90

Le dimanche 22 septembre 2019

Recherche:

Campagne de désobéissance civile aux États-Unis contre le pipeline Keystone XL

Les médias québécois en ont parlé, mais avec modération. Ils ont pourtant évité d’en dire l’essentiel. Aux États-Unis, certain appelle cette campagne contre le projet de pipeline Keystone XL comme la plus grande manifestation de désobéissance civile de l’histoire du mouvement écologiste étatsunien. La semaine dernière, c’était plus de 2 000 personnes qui se seraient engagés à participer à la campagne, en bloquant l’entrée de la Maison Blanche et en se faisant arrêter par la police de l’État.

Quelques mots, d’abord, sur ce projet. Ce pipeline est d’abord et avant tout celui de l’industrie albertaine, qui s’est allié des poids lourds du lobby des énergies fossiles étatsunien. Il devrait pouvoir transporter quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole brut provenant des sables bitumineux albertains pour être raffiné aux États-Unis. Des frontières de l’Alberta jusqu’au Texas, il représente des risques de déversement sur près de 3 000 km. Mais c’est surtout la source d’énergie la plus sale de toutes les énergies fossiles. Le scientifique James Hansen affirme qu’un feu vert au projet Keystone signifierait pratiquement la fin de la lutte contre les changements climatiques en raison des émissions élevées de gaz à effet de serre des sables bitumineux.

Le 3 septembre, l’administration Obama doit donner son autorisation au projet. La campagne, menée par la coalition Tarsandaction consiste à provoquer l’arrestation de 50 personnes par jour devant la Maison Blanche jusqu’à ce que le gouvernement fédéral rejette ce projet de pipeline. En cinq jours (Lire le billet de Mike Tidwell qui était dans le premier groupe de militants arrêtés), c’est plus de 250 personnes qui ont pris le chemin du poste de police, dont quelques vedettes qui vont donné une bonne visibilité à la campagne.

Rien n’est pourtant joué. L’industrie du pétrole fait un travail médiatique et de lobbying important. Une entreprise aurait engagé un ancien conseiller d’Hilary Clinton comme principal lobbyiste pour défendre le projet de pipeline. Wikileaks aurait aussi dévoilé des documents montrant la collusion de l’industrie avec les médias visant à donner une couverture médiatique plus favorable au sable bitumineux. Mais la campagne de désobéissance va aussi mettre les bouchées doubles en mobilisant les artistes. Un événement How to Defuse a Carbon Bomb: Artists Against the Keystone XL Pipeline est déjà programmé et plusieurs vedettes du cinéma vont s’impliquer dans ce mouvement. Hier (30 août), c’était l’actrice Daryl Hannah (que nous avons vu, entre autre, dans Blade Runner) qui, avec 76 autres personnes, a été arrêtée devant la Maison Blanche. “If President Obama approves the Keystone XL pipeline…he will be sentencing us to a future as slaves to fossil fuel dependency, a déclaré Daryl Hannah.”

Discussion

Commentaire pour “Campagne de désobéissance civile aux États-Unis contre le pipeline Keystone XL”

  1. [...] nous le disions dans le billet du 31 août dernier, la première série d’actions de la campagne organisée pour s’opposer au projet de pipeline [...]

    Écrit par Oikos Blogue | Projet de pipeline Keystone XL : une décision qui se fait attendre | septembre 15, 2011, 6 h 10 min

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: